“Le microbe n’est rien. Le terrain est tout.” a déclaré le microbiologiste de renommée mondiale Louis Pasteur. Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment? Qu’est-ce que le «terrain» et pourquoi est-il plus important que le microbe lui-même?

Au sein de notre système digestif se trouve un écosystème riche et diversifié de microbes interagissant les uns avec les autres dans une relation symbiotique. Ces microbes survivent et prospèrent sur notre paroi digestive qui agit comme leur terrain – tout comme nous vivant à la surface de la Terre. Si le terrain n’est pas sain pour le microbe, le microbe aura du mal à survivre. Le terrain détermine également si les microbes présents sont bénéfiques pour nous, ou pathogènes, il est donc très important de maintenir un terrain sain. En fait, le terrain est maintenant considéré comme plus critique pour une flore intestinale saine que les microbes eux-mêmes.

L’importance du terrain a conduit à un changement d’approche dans le soutien de la flore intestinale. Au lieu de simplement fournir les bactéries, comme c’est le cas pour les probiotiques, il est plus important de nourrir et d’entretenir le terrain afin de stabiliser la flore intestinale et d’encourager une diversité naturelle de microbes qui vous convient et qui répond à vos besoins spécifiques. Il est inutile de fournir des milliards de microbes à votre tube digestif si le terrain n’est pas sain.

Il est intéressant d’observer comment nos ancêtres vivaient, car ils avaient une flore intestinale très riche et diversifiée et généralement une très bonne digestion. Il est largement admis que les aliments fermentés étaient les probiotiques de nos ancêtres, qui fournissaient tout ce dont nous avions besoin pour nourrir le terrain et fournir un niveau sain de microbes bénéfiques. On commence maintenant à reconnaître que le lait de soja fermenté est l’aliment le plus efficace pour nourrir la flore intestinale, avec le plus grand nombre de recherches à l’appui. C’est ce qu’a compris la culture traditionnelle asiatique.

Le processus de fermentation crée des composés et des produits phytochimiques qui ont un impact énorme sur notre santé intestinale (1). Il fournit également de nombreuses souches microbiennes bénéfiques qui doivent être présentes dans une flore intestinale saine. Tout comme les cultures asiatiques traditionnelles qui produisent du miso et du natto riches en nutriments et en microbes, le soja biologique fermenté contient tout ce qui est nécessaire pour fournir le plus de nutriments (aussi appelés prébiotiques) aux microbes bénéfiques pour survivre et se nourrir.

“Le microbe n’est rien. Le terrain est tout.”

En fait, le lait de soja fermenté est celui qui a fait l’objet de plus grand nombre de recherches sur la façon dont il contribue à la flore intestinale et à la santé digestive. Pendant la fermentation, le soja est converti en un ensemble de nutriments clés qui favorisent la colonisation de bactéries saines dans le tube digestif. Il a été démontré que le lait de soja fermenté augmente le nombre de probiotiques, réduit les populations de bactéries indésirables, et améliore significativement l’écosystème du tractus intestinal (2; 3). Le lait de soja fermenté est riche en L-glutamine, qui est l’acide aminé le plus abondant dans le corps, et est essentiel pour le maintien de la muqueuse. La perturbation de cette muqueuse joue un rôle dans le développement de maladies gastro-intestinales telles que la maladie intestinale inflammatoire (IBD), le syndrome du côlon irritable (IBS) et la maladie coeliaque (4). La fermentation produit également des acides gras à chaîne courte (AGCC) comme le butyrate qui soutiennent l’environnement de l’intestin, réduit l’inflammation et renforce la paroi digestive (5). Un manque d’AGCC peut être la cause de la colite ulcéreuse et d’autres conditions inflammatoires (6).

Il y a aussi beaucoup de plantes thérapeutiques que nous pouvons utiliser avec du soja fermenté qui peut soutenir notre terrain. L’aloès vera est une plante apaisante qui peut être bénéfique pour réparer les dommages aux tissus. Ses effets anti-inflammatoires sont prometteurs pour les maladies intestinales irritables comme la colite ulcéreuse (7; 8). L’orme rouge est une autre plante aux propriétés apaisantes naturelles qui forme un revêtement protecteur sur la muqueuse digestive et renforce la barrière muqueuse qui est la clé d’une digestion optimale. Il a montré des avantages pour soigner le côlon irritable (IBS) et pour améliorer la fonction intestinale (9). La racine de guimauve peut également fournir une action apaisante aux membranes muqueuses irritées et enflammées.

Le lait de soja biologique fermenté et les plantes sont un moyen puissant et naturel pour soutenir notre santé intestinale et nourrir notre terrain. En fournissant le bon environnement, et l’environnement optimal pour nos milliers de souches de microbes bénéfiques dans notre intestin, les avantages pour la santé d’un écosystème équilibré sont infinis.

Votre Flore Terrain

 

Références:

1: Selhub, EM., Logan, AC., Bested, AC. 2014. ‘Fermented foods, microbiota and mental health: ancient practice meets nutritional psychiatry.’ Journal of Physiological Anthropology, 33(1), pp.1-12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3904694/pdf/1880-6805-33-2.pdf

2: Chend, IC., Shang, H-F., Lin, T-F. et al. 2015. ‘Effect of fermented soy milk on the intestinal bacterial ecosystem’. World Journal of Gastroenterology, 11(8), pp.1225-1227 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4250719/pdf/WJG-11-1225.pdf

3: Inoguchi, S., Ohashi, Y,. Narai-Kanayama, A. et al. ‘Effects of non-fermented and fermented soybean milk intake on faecal microbiota and faecal metabolites in humans.’ International Journal of Food Sciences and Nutrition, 63(4), pp.402-410. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.3109/09637486.2011.630992?journalCode=iijf20

4: Rao, RK., and Samak, G. 2012. ‘Role of Glutamine in protection of intestinal epithelial tight junctions.’ Journal of Epithelial Biology and Pharmacology, 5( 1 M-7), pp. 47-54. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4369670/pdf/nihms495028.pdf

5: Canani, RB., Di Costanzo, M., Leone, L. et al. 2011. ‘Potential beneficial effects of butyrate in intestinal and extraintestinal diseases.’ World Journal of Gastroenterology, 17(12), pp.1519-1528. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3070119/?report=reader

6: Wachtershauser, A. and Stein. J. 2000. ‘Rationale for the luminal provision of butyrate in intestinal diseases.’ European Journal of Nutrition, 39(4), pp.164-171. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11079736

7: Joo, Y-E. 2014. ‘Natural product-derived drugs for the treatment of inflammatory bowel disease’. Intestinal Research, 12(2), pp.103-109. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4204705/#__ffn_sectitle

8: Ng, SC., Lam, YT., Tsoi, KK. et al. ‘Systematic review: the efficacy of herbal therapy in inflammatory bowel disease.’ Alimentary Pharmacology and Therapeutics, 38(8), pp.854-863. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/apt.12464/full

9: Hawrelak, JA., and Myers, SP. 2010. ‘Effects of two natural medicine formulations on irritable bowel syndrome symptoms: a pilot study.’ Journal of Alternative and Complementary Medicine, 16(10), pp.1065-1071. http://online.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/acm.2009.0090